Intilaq: Croire en l’innovation et cultiver l’espoir

Leaders 09/11/2017

Intilaq, un mot qui signifie en arabe "libération", "déploiement d’ailes" et "envol", et ce sont là les valeurs du fonds d’investissement Intilaq. Le leader des investisseurs de start-up en Tunisie, lancé en 2014 grâce à un partenariat entre le Fonds d’Amitié Tuniso-qatari “QFF”, Start-up Factory et  Microsoft, est aujourd’hui le premier investisseur de start-up tunisiennes. Intilaq a investi 12 millions de TND, permis la création de 26 start-up dans plusieurs secteurs: éducation, télécommunications, gaming, santé, agriculture, énergies renouvelables, e-commerce… Le fonds a permis la création de 240 emplois hautement qualifiés pour des ingénieurs, des managers, de hauts cadres. Il prévoit un investissement de 3 millions de dinars d’ici fin 2017 et un fonds de 10 millions pour 2018.

Pionnier et bâtisseur de l’écosystème des start-up en Tunisie

Depuis sa création, Intilaq s’est investi d’une mission: mettre les balises et fonder un écosystème, un environnement idéal où les idées se concrétisent en entreprises. Jouant d’abord le rôle d’accélérateur et d’incubateur, il est aujourd’hui le plus grand investisseur pour le financement des start-up grâce à son partenaire QFF, UGFS et Microsoft. Véritable laboratoire buisness et innovation, Intilaq est bien plus qu’un fonds d’investissement. Le hub  a investi sur deux ans 12 millions de TND pour créer 26 start-up. Dans ses bureaux au Technoparck El Ghazala, Intilaq a d’abord concentré quatre pôles d’action. Un centre d’accélération et d’investissement en amorçage, un centre technologique pour finaliser les produits, un career center pour augmenter l’employabilité des ingénieurs tunisiens et les mettre en contact avec l’écosystème, et un centre académique pour la formation des étudiants, des jeunes ingénieurs  et des chercheurs.

Une nouvelle ère, de nouveaux défis

Aujourd’hui, un vent nouveau souffle sur Intilaq. Après avoir permis l’amorçage et l’installation de plusieurs start-up bien  implantées  dans l’écosystème tunisien, le hub d’innovation se dirige vers l’appui et le financement des start-up  en phase de «Traction» ou «Mid-stage» afin de les aider à accéder à l’internationalisation. Un défi de taille qui marque un tournant réel dans la vision du fonds sous l’impulsion de son nouveau CEO, Bassem Bouguerra,  nommé à la tête d’Intilaq depuis avril 2017. Ce jeune  startuppeur,  qui après dix ans dans la Silicon Valley, notamment chez Yahoo, et une grande expérience dans l’entrepreneuriat des TIC, préside le hub d’innovation Intilaq et y insuffle depuis quelques mois un nouveau souffle. «Le Mid-Stage est une étape critique de la vie d’une start-up. Notre intervention se fait à ce stade avec des tickets de 1 M à 2M TND, avec la rapidité et la flexibilité requises pour ce genre d’entreprise». Outre le financement, Intilaq fournira un accompagnement solide aux jeunes entrepreneurs pour les porter à un  niveau  de développement nécessaire pour accéder aux marchés internationaux. Intilaq propose aux start-up un accompagnement technique, pour optimiser le produit final, une assistance Buisness pour optimiser la gestion des fonds, un accompagnement juridique et un appui en communication pour avoir plus de visibilité. Par ailleurs et grâce à des partenaires comme Microsoft et UGfs, Intilaq bénéficie d’un large réseau qui sera mis à la disposition des jeunes entrepreneurs et leur ouvrira tous les hubs d’innovation sur le marché international et des opportunités de marchés.

Croire en l’avenir et assumer le devoir social

«Nous disposons de tous les ingrédients pour prendre le virage qui fera de la Tunisie une plaque tournante de l’économie des TIC. Il suffit d’oser, de parier sur le talent de nos jeunes. Pour révolutionner notre économie, il nous faut créer un ‘’champion national’’ et Intilaq s’y emploie», affirme Bassem Bouguerra. Et c’est dans ce sens qu’Intilaq reste ouvert au financement de la recherche, «même si on opte pour le financement des start-up en phase Mid-stage, nous serons toujours ouverts aux belles idées et prêts à les concrétiser en projets innovants. Toute belle idée est une potentielle belle histoire de réussite». Intilaq, en dehors du financement de start-up, organise la formation des ingénieurs pour augmenter leur employabilité selon les besoins des start-up et du marché du travail. Le fonds s’emploie également à détecter le potentiel parmi les étudiants ingénieurs et à leur fournir les meilleures conditions afin de les retenir en Tunisie et faire face à l’hémorragie technologique et la fuite des cerveaux.

De belles histoires font Intilaq

Des success stories qui en un an entament leur croissance et accèdent aux marchés internationaux ou font des chiffres d’affaires très importants. Ainsi  Datavora, une start-up qui  compte 7 clients aux Etats-Unis, en France et en Allemagne et qui vise à devenir le leader européen du monitoring de l’offre retail sur le web, ou Rosasmart qui offre 8 des solutions permettant d’optimiser la gestion du process de l’activité roaming et compte 45 clients répartis sur 38 pays dont Zain, Hong Kong Telecom, Windtre et Orange...Ou Nostatik Media qui a développé et commercialise Symmetryk, une plateforme mobile & web dédiée à la gestion du matériel commercial des labos pharmaceutiques et compte 5 clients en Europe comme Celgene France et Roche Suisse.

L’avenir, c’est maintenant

Intilaq conjugue le futur au présent, des projets innombrables sont en cours. Intilaq accordera 3 millions de dinars d’ici fin 2017 et prévoit des fonds à hauteur de 10 millions de dinars pour 2018. Par ailleurs, 2018 verra l’ouverture de Intilaq Innovation Center», un bâtiment en cours de rénovation de 2 500 m2 entièrement dédié à l’univers des entrepreneurs et des start-up avec un coworking space, un Media-Lab, un Fab-Lab, un «Disney Land» de l’entrepreneur qui sera un point de rencontre et de ralliement de tous ceux qui ont un rêve et qui osent le concrétiser.